Des habitants de la province de Luxembourg émigrés au Guatemala

 

(fiasco de la colonie éphémère de Santo-Thomas)

 

 

 

Jean-Marie Zimmerman

 

Wolkrange

 

 

 

La Belgique  n’est indépendante que depuis 10 ans. La pauvreté reste encore le lot de bon nombre de gens. Face à cette situation dont il est conscient, le roi ne prône pas un effort économique et social, mais estime  plutôt que l’expatriation sera, pour beaucoup, le seul moyen de sortir de la pauvreté. L'objectif de Léopold I° est non seulement d'exploiter de riches ressources naturelles, mais aussi de réduire la criminalité en Belgique. Pour ce faire, la CBC (Compagnie Commerciale et Agricole de l’Amérique Centrale » lance de vastes campagnes de propagande à destination des populations les plus défavorisées de Belgique, n'hésitant pas dépeindre le «Vera-Paz » sous les couleurs de la terre promise, par des gravures exotiques, des soi-disant lettres d'émigrés vantant les mérites de cette terre d'abondance.

 

 

 

En 1834 déjà, une société anglaise, la « Compagnie Commerciale et Agricole de l’Amérique Centrale » concevait de mettre en valeur la région de Santo-Thomas mais n’y parvient pas.

 

 

 

En 1840, un comité belge, soutenu par le ministre de l’intérieur, reprend ce projet à son compte. Le 7 octobre 1841 naît la Compagnie belge de Colonisation (45 ans avant le Congo), financée entre autres par les Banques de Belgique à Bruxelles et Nagelmackers à Liège. Le 9 novembre 1841, le navire « Louise-Marie » venant d’Ostende arrive à Santo-Thomas et y débarque  un premier contingent d’émigrés, parmi eux quelques militaires.

 

 

 

 L’aventure fut un échec pour diverses raisons: les terrains, par exemple, n’avaient pas été préparés à la venue des colons. Les premiers colons trouvèrent un hectare de terrain déboisé, et un hangar, désigné magasin n°1, qui s’écroula très vite ! État chaotique qui dura 3 ans et dans lequel vivaient dans de mauvaises conditions sanitaires plus de 800 personnes. Ils s’établirent aussi au mauvais endroit, au lieu de se déplacer en hauteur dans une région plus salubre. 

 

 

 

Ils étaient 800 au départ et près de1200 en 1844. Quatre ans plus tard, en 1848, on en dénombre plus que 21 ! Lorsque les liens coloniaux prient fin entre la Belgique et le Guatemala, les quelques Belges qui restaient rejoignirent la capitale, au climat plus propice, et s’occupèrent de commerce et d’industrie. C’est à eux que l’on doit l’introduction au Guatemala de métiers comme ferronnier, carrossier, armurier, serrurier et fondeur.

 

 

 

Óscar Berger Perdomo (né le 11 août 1946 à Guatemala) a été président de la République du Guatemala du 14 janvier 2004 au 14 janvier 2008. Il est conservateur. Il fut maire de la capitale entre janvier 1991 et juin 1999. Son père était un avocat mennonite. Il est le descendant direct (arrière-arrière-arrière-petit-fils) d'immigrés belges provenant d'un village du Namurois (Pesche), arrivés au pays vers 1844

 

 

 

Un film de An Van Diederen et Didier Volckaert intitulé « Tu ne verras pas Verapaz » (2002) retrace cette aventure et a reçu en 2003 le Prix du documentaire belge décerné par la Cinémathèque royale de Belgique.

 

 

 

Les habitants de la province de Luxembourg décédés à Santo-Thomas entre le 20 mai 1843 et fin octobre 1845. Extrait d’une enquête parlementaire du 11 juin 1846

 

 

 

       NOM                          Prénoms                               Age                 Originaire de

 

 

 

BASTOGNE

Marie Anne

41 ans

Ferme Ste Gertrude

BEAUFILS

Anne Joseph

45 ans

Bernimont

CALAY

Marie Josephine

18 ans

Bernimont

CHILDT

Thomas

43 ans

Freux (dit de )

CHINA

Marie Joseph

41 ans

Freux

DUFOUR

Marie

40 ans

Pin

DUPARQUE

Jean-Baptiste

49 ans

Prouvy

DUPONT

Mathieu

46 ans

Weris (Durbuy)

GENONCEAUX

Marie Joseph Sophie

12 ans

Haut-Fays

GENONCEAUX

Marie Joseph Cécile

9 ans

Haut-Fays

GERARD

Marie Philomène

16 mois

Freux

GRAFFETIAU (Graftiaux)

Josephine

40 ans

Azy (Chassepierre)

GUERLOT

Marie Barbe

3 ans

Meix-devant-Virton

GUERLOT

Joséphine

9 mois

Meix-devant-Virton

GUERLOT

Catherine

5 ans

Meix-devant-Virton

GUERLOT (père)

Jean-Baptiste

46 ans

Meix-devant-Virton

HANS

Marguerite

13 mois

Pin

HINCKES

Augustin

4 ans

Freux

HINCKES

Jeanne Herselinne

16 ans

Tagnon

LAURENT

Nicolas

48 ans

Saint-Vincent

MUNO

Christophe

51 ans

Muno

THIRY

Marie Lucie

31 ans

Freux

URBAIN

Marie Eugénie

2 ans

Freux

VASSAUX

Jean-Baptiste

62 ans

Bohan

VREUCOP

Jean-Baptiste

3 ans

Bastogne

VREUCOP (père)

Pierre Théophile

40 ans

Verviers

 

 

 

Les habitants de la province de Luxembourg en vie à Santo-Thomas le 1° novembre 1845

 

 

 

       NOM                             Prénoms                             âge                        Originaire de

 

 

 

ESMANGEAUD

Guillaume Camille

26 ans

Muno

GENONCEAUX

Louis

50 ans

Haut-Fays

DEBATTY

Marie Thérèse

51 ans

Haut-Fays

GENONCEAUX

Alexandre

20 ans

Haut-Fays

GENONCEAUX

Pelagie

18 ans

Haut-Fays

GENONCEAUX

Marie Jeanne Uranie

16 ans

Haut-Fays

GENONCEAUX

Henri Joseph

8 ans

Haut-Fays

DUPARQUE

Marie Jeanne Uranie

17 ans

Izel

DUPARQUE

Marie Thérèse

15 ans

Izel

DUPARQUE

Henri Joseph

10 ans

Izel

DUPARQUE

Jean-Baptiste Emile

6 ans

Izel

CALAY

Marie Catherine

16 ans

Bernimont

CALAY

Jacques

15 ans

Bernimont

CALAY

Catherine Mélanie

8 ans

Bernimont

VREUCOP

Marie Joseph

15 ans

Tintigny

VREUCOP

Rodolphe

13 ans

Gérouville

VREUCOP

Maximilien

11 ans

Sainte-Marie-sur-Semois

VREUCOP

Charles

9 ans

Gérouville

VREUCOP

François

6 ans

Gérouville

HABRANT (la mère)

Marie Joseph

43 ans

Sainte-Marie-sur-Semois

BONTEMPS

Marie Joseph

35 ans

Rulles

MOREAU

Jean Jacques

23 ans

Rossignol

MATHIEU

Michel

26 ans

Rossignol

MAILY

Godfroid

32 ans

Muno

MATHIEU

Marie Thérèse

34 ans

Marche

GUERLOT

Pierre François

7 ans

Meix-devant-Virton

URBAIN

Xavier

43 ans

Freux

URBAIN

Marie Célestine

8 ans

Freux

URBAIN

Marie Joseph

5 ans

Freux

HINCKES

Pierre François

15 ans

Freux

HINCKES

Léopold

10 ans

Freux

HINCKES

Marie Françoise

4 ans

Freux

 

 

 

Quelques navires arrivés au Guatemala (côté de Santo-Thomas)

 

 

 

Le 19 mai 1843, le Théodore ; le 7 juin 1943, le Louise Marie ; Le 8 juin 1843, le Ville de Bruxelles ; le 5 mars 1844, le Jean Van Eyck ; le 6 mars 1844, le Dyle ; le 22 mars 1844 le Emma, le 30 avril 1844, l’Eugène ;  le 14 mai 1844, le Karel ; le 23 mai 1844, le Rembrandt ; le 1° juin 1844 l’Auguste ; le 3 juillet 1844, le Théodore ; le 13 octobre 1844, le Constant ; Le 3 février 1845, le Minerve ; le 19 avril 1845, le Jena .

 

 

 

Sources

 

1) LEYSBETH Nicolas, Historique de la colonisation belge à Santo-Tomas Guatemala, Nouvelle Société d'Éditions, Bruxelles, 1938

 

2) FABRI J. Les Belges au Guatemala, 1840-1845, Bruxelles 1955

 

3) DUCAT Jean, Biesmes-Mettet, correspondance du 6 décembre 1993, dossier à la bibliothèque du  Parlement pour les listes de noms et de navires.

 

4) La Libre – Essentiel immo n° 62 de 2008, 79, Rue des Francs, 1040 Bruxelles

 

Voir aussi  

 

1) Chambre des représentants de Belgique, séance du samedi  15 février 1845,  http://www.unionisme.be/ch18450215.htm              

2) SMETS Irène(1993), « Une Colonie belge en Amérique Centrale: Santo Tomas de Guatemala », dans: Eddy Stols et Rudy Bleys (sous de rédaction de La), Flandre et Amérique Latine, Anvers, pp 24

 

3) LAFONTAINE Marc (1997), L'enfer belge de Santo Tomas. Le rêve brisé coloniale de Léopold Ier, Éditions Quorum, Ottignies

 

4) Pour l'émigration luxembourgeoise au Guatemala, voir Albert CALMES (1979), «L'émigration luxembourgeoise de l'UA Guatemala », dans: Au fil de l'Histoire, tome 1, le Luxembourg, 3e édition, pp 247-250